Le grand voyage d'Appollo Frog #8,9 et 10

Publié le par Vegas

Un billet global pour la suite et le final du feuilleton de l'été de Vide-Cocagne.
On peut dire que c'est la reprise, aussi vais-je ranger les cartes postales et me remettre à poser des productions ici-même.



La perspective de ma victoire ne me réjouit même pas, je reste maussade depuis Landore. La dernière couronne franchie, nous sommes arrivés dans le recoin de la galaxie le plus morne, ce qui n’est pas pour améliorer mon état d’esprit. Les escales sur ces planètes d’élevages et de multicultures sont d’une tristesse sans nom. Tout est entièrement robotisé sur ces trois fermes planètes et les seuls cris animaux sont ceux des lafhontins, unique espèce réglementée par le syndicat agro-galactique. Le ballet ininterrompu de ces machines d’équarrissage à engluement chimique est un triste rodéo...

PAR THIERRY BEDOUET

 

 



Le vaisseau accuse les rudesses des intempéries galactiques. J'entends des craquements nouveaux et les voyants lumineux réagissent curieusement.


Malgré tout, je bénéficie d'une confortable avance maintenant. C'est donc serein que je me suis posé sur Oho, la planète aux dix milles jardins. Rapidement j'ai quitté le parcours balisé bondé de touristes pour entrer au "Sulfaire Nimbien" un bistro de quartier. Là, des Luzérians en goguette m'ont proposé discrètement du nectar "bleu lagon", un psychotrope étrange.


Tu penses bien que c'est dans un esprit de pure connaissance scientifique que je me suis laissé tenter à l'expérience. Bouffées délirantes, hallucinations (toujours bleues) et autres effets psycho-sensoriels passés, j'ai dompté les réticences de mes nouveaux camarades et me suis joint à leur expédition dans la jungle des arbres-plateaux géants.


C'est au bout d'une bonne heure de marche que nous vîmes ce que j'ai cru être un ange : une petite créature humanoïde d'un blanc pur et lumineux, bondissant de branche en branche à l'aide des tentacules soyeux de sa tête. Je n'ai jamais vu un être d'une telle douceur.


Mes compagnons l'ont abattu d'un coup de carbolazer puis, préalablement éventré, ils ont fouillé ses boyaux pour en extraire la sécrétion biliaire et la verser directement dans un flacon "bleu lagon".


Au retour, bizarrement déprimé, tremblant, j'avais besoin de quelque chose à quoi m'accrocher... déjà addict ? Je leur ai acheté deux flacons.

PAR GWENOLE LE DORS

 

 

 


Voilà, j'ai réussi. Un tour de la galaxie accompli précisément dans les délais annoncés. Étrangement cette victoire personnelle n'a pas eu l'effet escompté sur mes chers collègues. En partant, j'espérai me venger de leur suffisance et de leur orgueil bouffi et me voilà accueilli à bras ouverts, fêté et honoré par les mêmes qui m'avaient humilié. Étrangement aussi, sans doute car mon difficile voyage m'a profondément et douloureusement transformé, je n'arrive pas à savourer cet exploit comme il se devrait. Ils m'ont remis l'honneur suprême de l'Académie, l'insigne du Grand Mastadar ; et ce faisant j'ai cru déceler dans leurs yeux, une ironie, un profond sarcasme : comme s'ils avaient toujours su les conséquences physiques et mentales qu'auraient sur moi ce voyage. Et ce regard, tout en acceptant les honneurs, je n'ai pu m'empêcher de le leur rendre. Ce n'est qu'en rentrant que j'ai compris ce qu'il signifiait : bienvenu dans le rang, Appollo Frog ; désormais j'étais comme eux.
PAR FABIEN GROLLEAU

Publié dans APPOLLO FROG

Commenter cet article